Voici l’intégralité des hommages du Maire Jacquis Gabriel Kemleu Tchabjou rendu à son prédécesseur le Prof Bernard Momo samedi dernier lors de ses obsèques officielles ainsi que son épouse Lucienne Essomba.
Monsieur le Préfet du Département de la Menoua
Monsieur le Ministre Jean-Pierre Fogui, Président de la Délégation départementale permanente du Comité central du RDPC pour la Menoua
Monsieur le Sous-Préfet de l’Arrondissement de Dschang
Distinguées personnalités en vos grades et rangs respectifs
Autorité Religieuses et Traditionnelles
Mesdames et Messieurs
Je vous souhaite à tous la bienvenue à Dschang à l’occasion des obsèques officielles organisées en l’honneur du Pr Bernard MOMO et son épouse Lucienne ESSOMBA ASSOMO.
Aujourd’hui, le rideau se referme après le Pr Bernard MOMO. Au regard du parcours de l’illustre disparu, l’on peut estimer qu’il a dignement accompli sa mission sur terre. La suite, c’est l’affliction que vivent le Département de la Menoua et la Commune de Dschang en général et la famille MOMO en particulier.
Aux uns et autres, j’adresse les sincères condoléances du Conseil Municipal et des populations de Dschang auxquelles j’associe l’expression de ma profonde compassion. Le moment est triste, douloureux et bien sûr cela se comprend. Comment compenser la perte d’un homme aussi valeureux, un homme multidimensionnel, un as de la bonne gouvernance qui avait encore tant à nous donner, à donner à notre Pays ?
Après son Doctorat d’État en droit public obtenu en 1980 avec Mention Très Bien à l’Université d’Orléans en France, entre 1976 et 1978, Bernard MOMO a d’abord œuvré en tant que Chargé des Travaux Dirigés à l’Université de Paris II avant de rentrer dans son Cameroun natal qu’il aimait tant en 1979. Recruté en 1980 à la Faculté de Droit et de Sciences Économiques de l’Université de Yaoundé, il va dispenser les cours dans les Facultés des Sciences Juridiques et Politiques Des Universités de Yaoundé, Douala, Dschang, Ngaoundéré jusqu’à son décès le 12 avril 2020.
Mon témoignage n’ira pas en profondeur dans la riche carrière administrative et de grand enseignant d’université qu’il a été. Cependant, Il faut signaler qu’il a aussi enseigné dans diverses institutions académiques comme l’EMIA, l’ENAM, l’IRIC, l’UCAC). Les professeurs Magloire Ondoa, recteur de l’Université de Douala, Bernard-Raymond Guimdo Dongmo, Vice-Doyen chargé de la Scolarité et du suivi des étudiants de la Faculté des sciences juridiques et politique de l’Université de Yaoundé II, M. Naseri Paul Bea, gouverneur de la région du Centre sont quelques-uns des produits forgés par le défunt.
Le Pr Bernard MOMO est célèbre d’abord à Dschang pour ses multiples combats menés notamment dans son Foréké-Dschang natal pour la restauration de l’ordre et la concorde à la chefferie de ce Groupement. De passage à la Mairie entre 2007 et 2013, ses états de service dans la lutte pour la sauvegarde des biens de la municipalité sont légion : j’en veux pour preuve, l’ancienne place de l’indépendance et ce qui fait office aujourd’hui de stade municipal de Dschang qu’il a récupérés de justesse d’entre les mains des prévaricateurs.
Le Pr Bernard MOMO, c’est le Maire qui a posé les jalons d’une gouvernance moderne à la Commune de Dschang et nous sommes heureux aujourd’hui de suivre ses pas avec l’envie et la détermination d’aller au-delà de ce qu’il a fait en guise d’hommage à sa personne. Si on parle d’établissements publics communaux à Dschang aujourd’hui, il s’agit bel et bien d’une initiative de l’exécutif municipal dont il a été le porte étendard. Visionnaire, Juriste et Enseignant de droit public, il a tôt fait d’exploiter les différentes ouvertures permises par les textes de la République pour rendre plus efficiente l’action publique locale à Dschang. Après l’agence municipale de l’eau et de l’énergie qu’il créée en 2011, la Commune de Dschang dont il ne s’est jamais véritablement séparé compte aujourd’hui 5 établissements publics. Le rayonnement actuel de notre commune est en partie à mettre à l’actif de cette initiative et donc aussi de sa personne.
Quand il prend les rênes de la Commune de Dschang en 2007, il sait que Dschang regorge d’innombrables potentialités porteuses : son climat convoité, ses Universités d’État et privée, la route Bafoussam-Dschang-Melong, ses paysages luxuriants, ses attraits touristiques, son agriculture, le dynamisme et le caractère cosmopolite de sa population, etc. des atouts pour lesquels les autorités municipales n’ont toujours pas su s’organiser pour donner à ces potentialités une valeur ajoutée pour relever les défis de l’urbanisation croissante. Il regrette ce qu’est devenu l’héritage du Maire Fidèle VOUGMO avec notamment la conception du quartier Mechieu (Paid Ground) ou encore les tracés de très grandes voies aux quartiers Madagascar, Zemda et Haoussa et l’ouverture des premières routes de Ngui et les équipements conséquents par le Maire Dr Paul PANKA. À cette époque, nous les avions transformés en champs de bananes plantains, y juxtaposant éventuellement des taudis ne respectant aucune règle d’urbanisme. Des voies grignotées au jour le jour, si elles ne sont pas transformées en dépotoirs sauvages d’ordures. Presque tous les espaces verts et aires de jeux vendus par des personnes n’ayant ni droit ni titre à la grande satisfaction des acquéreurs véreux ou sans vision de ce qu’est la ville. Nous avions perdu de vue, à tous les niveaux, le sens de l’intérêt général et de la chose commune.
Réussira-t-il à se faire comprendre ? là a été toute la déception pour lui. En effet, Mesdames et Messieurs, le Pr Bernard MOMO, lors de son passage à la tête de la Commune de Dschang n’aura jamais réussi à se faire comprendre dans un système et à une époque où seuls les initiés et avant-gardistes comme lui pouvaient avoir la parfaite maitrise de ce qu’il faut pour développer les territoires. Nous essayons à notre tour de corriger le tir afin que les populations de notre commune sachent ce qui est bon pour elles et comprennent nos décisions.
Quand il arrive à la Mairie de Dschang en 2007, l’axe qui va au centre climatique partant du commissariat central va être élargi et transformé en deux voies avec terre-plein central, les ronds-points sont d’ailleurs presque inexistants dans la vile, il va les créer. Il y’ a, à la Mairie des personnels dont le salaire avoisine à peine les 20 000 FCFA le mois, il va corriger l’injustice. Aujourd’hui, il n’y a pas de camerounais employé par la Commune de Dschang qui touche en deçà du SMIG. Il trouve une floraison de demandes d’aides adressées à la Commune par des citoyens en état de nécessité, il crée pour les gérer, un service des affaires sociales. Il sent que le centre-ville est étouffé, il va faire déplacer ce qui faisait office de gare routière et créer l’actuelle gare de Lefock. Les casses que nous avons repris à Dschang aujourd’hui ont été son cheval de bataille notamment sur les axes qui ceinturent les marchés de la ville. Des actions qui ne lui ont pas valu que des amis, pourtant salutaires pour la salubrité et la sécurité dans la ville.
Mesdames, Messieurs
Les qualités de grand manager et expert en gouvernance ont amené le Gouvernement en 2014 à confier à l’illustre disparu le programme national de gouvernance, un poste qu’il occupera jusqu’à son décès le dimanche 12 avril 2020. Il sera malheureusement rejoint quelques jours plus tard par sa première épouse née Lucienne Essomba ASSOMO à qui nous devons également rendre un vibrant hommage. C’est le lieu de me retourner vers Mme MOMO Essomba Nadia épouse MOUCHANGOU, et des autres orphelins laissés par les illustres disparus. Vous devez rester forts moralement pour pouvoir continuer à affronter cette vie. À titre personnel, et compte tenu des rapports pluridimensionnels entre les défunts et moi, je m’engage à ne point vous abandonner.
À Madame Angèle MOMO, la veuve laissée par le défunt Pr Bernard MOMO, je souhaite beaucoup de courage pour la charge qu’elle a en ce qui concerne l’encadrement de la jeune progéniture laissée par son époux.
Maintenant à toi, Père MOMO, en politique, tes dernières énergies, tu les as consacrées victorieusement aux récentes élections locales notamment celles de 2013 et 2020. Le souvenir que je garde de toi est celui d’un guide que tu as toujours été pour moi et pour plusieurs autres camarades du parti.
Père MOMO, Maman Lucienne, que la terre de nos alleux vous soit légère.
Dschang, le 20 novembre 2021
Le Maire
Jacquis Kemleu Tchabgou