C’est une nouvelle responsabilité pour l’homme qui dirige la Commune de Dschang depuis le 28 février 2020. Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou a été élu le vendredi 04 juin 2021 par ses pairs industriels comme le 1er Président du tout 1er Réseau des Entreprises du Cameroun constitué pour la lutte contre la Malnutrition et les Maladies Tropicales Négligées (REC2MTN). C’était au cours de la séance de concertation portant sur « le plaidoyer conjoint auprès des chefs d’entreprises en faveur de cette problématique liée aux maladies tropicales négligées et la malnutrition » organisé par le Ministère de la Santé Publique et l’ONG Helen Keller International. L’atelier s’est tenu du 3 au 4 juin à Douala dans la Salle des réunions de l’Hôtel Vallée des Princes. L’édile de Dschang y représentait les Industriels du secteur de l’Agro-industrie. Les cadres du Ministère de la Santé et de l’ONG susmentionnée ont abordé avec les industriels Camerounais la nécessité de trouver des solutions durables contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN). L’édile de Dschang est celui qui organisera la sensibilisation auprès de ses pairs pour solliciter leur extrême vigilance dans la formulation clinique des denrées et autres produits ouverts à la consommation.
Avant son élection, Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou a, en tant que Secrétaire Général de l’Association des Raffineurs des Oléagineux du Cameroun, prononcé un discours à travers lequel il a salué cette initiative et félicité ses porteurs. «…le débat sur le processus concerné est d’actualité dans le monde et dans notre Pays le Cameroun, qui est engagé depuis très longtemps dans des dynamiques de transformations fondamentales concernant la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées(MTN), la lutte contre la malnutrition… », a-t-il dit.
Les industriels du Cameroun pourront compter sur le juriste de formation qui est pleinement conscient que rompre le cycle de la malnutrition et de l’infection pourrait être la réponse à la lutte contre les Maladies Tropicales Négligées. Au-delà des mots, il sait aussi qu’il faudra intégrer la Covid-19 qui pourrait bien aggraver la situation.
Dans son allocution, Jacquis Kemleu a, en tout cas montré sa parfaite maitrise de la feuille de route et les différents chantiers que cache ce pan du plaidoyer, objet de la réunion. Pour ces types de maladie, entre 2021–2030, il s’agit selon lui de prévenir, contrôler, éliminer ou éradiquer 20 maladies et groupes de maladies avec des groupes de cibles bien identifiés pour des actions à mener. Une feuille de route qui, selon lui fixe aussi « des cibles transversales alignées sur le treizième programme général de travail de l’OMS et les objectifs de développement durable, avec des stratégies pour atteindre les cibles au cours de la prochaine décennie…».
Le combat à mener est déjà suffisamment porté par le Gouvernement de République qui, selon le Secrétaire Général de l’ASROC, « a associé à ses activités liées à la santé publique depuis quelques années, les industriels de filière des oléagineux notamment les industries de raffinage des huiles végétales et de la filière des meuniers, qui mettent à la disposition des populations, les huiles végétales raffinées ainsi que la farine de froment… ». Dans un premier temps, « il a été question pour ces industriels de contribuer de façon efficace à la lutte contre les carences en micronutriments que connaissent les femmes en âge de procréer et les enfants en bas âge, en procédant à l’enrichissement à la vitamine A des huiles végétales raffinées et à l’enrichissement de la farine de froment en fer, à l’acide folique, au zinc et à la vitamine B12…», a-t-il ajouté dans son discours.
Les MTN et leur lien avec la malnutrition
Les spécialistes en nutrition sont unanimes sur un fait : Bien que la relation entre les MTN et la nutrition ne soit pas entièrement comprise, il est clair qu’il existe un lien entre les deux.
D’un côté, les produits de la recherche suggèrent que la malnutrition expose les gens à une infection avant même qu’elle ne se produise. Lorsque l’accès à une alimentation de qualité est limité, la population est plus vulnérable aux infections et risque de présenter des symptômes de MTN plus graves.
D’un autre, les MTN, une fois contractées, peuvent contribuer de manière significative à la malnutrition en raison de leurs effets ravageurs sur l’organisme, ce qui aggrave un cercle vicieux caractérisé par la faim et un mauvais état de santé.
Ceci est particulièrement vrai pour des MTN comme les helminthes transmises par le sol et la schistosomiase. Ces deux maladies sont liées à l’anémie, au retard de croissance et à la malnutrition.
CDB