L’inauguration de la Val’Box, le 22 juin 2021 à Siteu s’est faite au cours d’une cérémonie présidée par Georges Elanga Obam, Ministre de la Décentralisation et du Développement Local. Il avait à ses côtés, S.E. Christophe Guilhou, Ambassadeur de France au Cameroun. Le Chef de la diplomatie Française au Cameroun a estimé dans son allocution circonstancielle que « ce projet est … l’illustration de la concrétisation de l’efficacité de la coopération décentralisée entre la France et le Cameroun. Il a en outre dit tout l’attachement de la France non seulement au développement des relations et du développement harmonieux du Cameroun mais également à la poursuite et au renforcement de la décentralisation au Cameroun.
Voici l’intégralité du discours de S.E. Christophe Guilhou, présenté le 22 juin 2021 à Siteu à l’occasion de l’inauguration de la Val’Box, l’usine qui se résume en une ligne de tri des déchets ménagers modulaire, installée sur la plateforme de compostage qu’héberge ce village périphérique de Dschang.
Monsieur le Ministre de la Décentralisation et du Développement Local
Monsieur le Gouverneur de la région de l’Ouest
Monsieur le Préfet du Département de la Menoua
Messieurs les Présidents des Conseils Régionaux
Messieurs les Maires
Autorités Judiciaires
Autorités Traditionnelles
Chers amis ;
C’est pour moi un immense plaisir d’être parmi vous aujourd’hui pour inaugurer le projet pilote de station de tri modulaire et de traitement des déchets : La Val’Box conçue par l’entreprise française AR-VAL ; leader français dans la conception et la réalisation des chaines de valorisation des déchets. La Commune de Dschang compte aujourd’hui 220 000 habitants dont 160 000 dans sa zone urbaine qui génèrent en moyenne 35 000 tonnes de déchets ménagers par an dont seulement un tiers sont collectés aujourd’hui. Nous savons que les efforts de la ville en matière de gestion des déchets sont constants et reconnus puisque Dschang a été récompensée en 2018 et en 2019 par le Prix Feicom des meilleures pratiques communales de développement local pour les initiatives en termes de gestion et valorisation des déchets.
Aujourd’hui, Dschang souhaite améliorer son système de gestion des déchets afin notamment d’atteindre un niveau de collecte de 60% en 2021, soit environ 20 000 tonnes de déchets collectés par an ; de répondre à la demande en compost des agriculteurs toujours croissante et minimiser la mise en décharge. Cette station installée par la société AR-VAL a une capacité de traitement des déchets de 30 000 tonnes par an, il permettra de réduire la quantité de déchets mis en décharge de plus de 70%. Elle permettra ainsi de répondre aux objectifs de développement durable 11 et 12 qui visent à éviter, à réduire, à recycler, à réutiliser, ainsi qu’à collecter et déposer de manière adéquate les déchets solides d’ici 2030 ; d’éviter l’enfouissement polluants d’une partie conséquente des déchets et de favoriser le développement de la filière compost répondant ainsi aux objectifs de promotion de l’agriculture biologique voulue par la Commune de Dschang ; de récupérer des matériaux recyclables et de développer une filière locale pour l’usage des matières récupérées en particulier les plastiques et les métaux ; de fournir un puissant outil de communication pour convaincre les populations de ne plus recourir aux dépôts sauvages ; la collecte permet de transformer les déchets en ressources ; de favoriser enfin la création d’emplois en faveur des populations locales. La Val’Box aura donc un impact environnemental, économique, sociétal certain et fera de Dschang un modèle de gestion intégré de déchets. Ce projet a pu voir le jour grâce à l’instrument du trésor français, le FASEP innovation verte destinée à financer les démonstrateurs au bénéfice de l’autorité publique. L’objectif de cet outil est de démontrer l’efficacité des technologies françaises pour répondre aux besoins prioritaires de développement durable ; il permet à l’entreprise de répliquer ce projet à grande échelle. Le montant de la subvention pour la Commune de Dschang dans ce projet a été rappelé tout à l’heure de 900 000 euro soit 600 000 000 de francs CFA. Ce projet est également l’illustration de la concrétisation de l’efficacité de la coopération décentralisée entre la France et le Cameroun.
Pour conclure, je voudrais dire tout l’attachement de la France non seulement au développement des relations et du développement harmonieux du Cameroun mais également à la poursuite et au renforcement de la décentralisation au Cameroun. Nous poursuivrons notre appui dans ce sens.
Je vous remercie de votre attention,
Vive l’amitié entre la France et le Cameroun
Vive la coopération de nos deux pays
Je vous remercie.
Discours recueilli et retranscrit par J.B. Donfack Tsapgou