Yohann et Pierre Yves ont été reçus ce matin par le Maire Jacquis Kemleu. Ils étaient conduits par Jeremy Bohec, coordonnateur des programmes de l’Association TOCKEM. Avant de se déporter sur le terrain, ils ont abordé avec le Premier Magistrat Municipal certains aspects essentiels liés à la sécurisation des biens et des personnes pendant le montage de l’usine qui prendra deux semaines à la plateforme de compostage de Siteu. C’était en présence des responsables de l’AMGED, et des Cellules de Coopération et de la Communication. Balise Métangmo, directeur commercial de Ar-Val a participé aux échanges par visioconférence. La question de la maintenance a aussi été abordée et les deux parties ont convenu de ce que tout se fera sous les regards attentifs des techniciens que désignera l’Exécutif Municipal et qui auront la responsabilité d’assurer la maintenance de cet outil.
Juan et Pierre Yves ont déjà lancé les travaux préliminaires, notamment la matérialisation de la plateforme bétonnée sur laquelle l’usine va être installée dès demain-matin.
Avec la présence de Jérémie Bohec dans la délégation, le Maire Kemleu est revenu au cours des échanges sur l’ensemble des acteurs et des institutions sans lesquels, Dschang n’aurait pas à ce jour, reçu cette unité de tri qui reste la première en Afrique subsaharienne : De la direction générale du Trésor Français qui a financé la société Ar-Val pour concevoir et réaliser le projet au Ministère Camerounais des Finances qui a accordé la franchise fiscale ayant facilité le dédouanement et la sortie de l’usine du Port Autonome de Douala, aucun acteur n’a été oublié.
Et pour comprendre la présence de Jérémie Bohec dans la délégation, il faut se remémorer l’accompagnement technique, financier et matériel dont Dschang bénéficie depuis 2007 de l’Association ELANS dont Blaise Métangmo (Directeur commercial de Ar-Val), est Président.
C’est en effet l’association Française ELANS (Ensemble pour l’Action Nord Sud) qui a commandé en 2007, les premières études de caractérisation des déchets à Dschang. L’équipe de deux techniciens d’Aquassistance, Katie Warren et Eric Chapal , avait séjourné à Dschang, du 12 au 20 octobre 2007 dans le but de faire un premier état des lieux de la gestion des déchets de la ville. Ce sont les résultats de ces études qui ont été exploités pour la mise en place du projet de compostage qui a pris un peu plus d’ampleur aujourd’hui grâce à Nantes Métropole, Le Gret, l’Union Européenne, l’AFD et maintenant Ar-Val. C’est encore la même association ELANS qui reviendra plus tard en 2011 avec le financement du conseil départemental du Nord de la France pour mettre en œuvre via son bras camerounais, Tockem, le projet de gestion des déchets de la ville de Dschang, un projet dans le cadre duquel un plan de gestion des ordures ménagères a été élaboré et implémenté, deux camions à compaction ont été acquis, la precollecte participative des déchets a été lancée grâce au premières mototricycles acquises. Les bacs à ordures de 770 l de contenance qui sont encore visibles sur le sol de Dschang aujourd’hui ont été acquis par ELANS dans le cadre de ce projet qui a, vers son terme bénéficié en 2014, d’un appui de 240 000 euros du PRODESO(Programme Franco-Camerounais pour un Développement Solidaire).
C’est dire qu’avec l’implantation à Dschang de Val’Box, l’unité de tri modulaire et autonome de déchets, Blaise Métangmo, Directeur commercial de Ar-Val, concepteur de l’usine, affirme son attention vis-à-vis de la gestion des déchets et le développement de sa ville natale.
CDB

Commune_Dschang

Ar_Val

FASEP

Unité_modulaire_et_autonome__de_tri_de_déchets

ELANS_Tockem