En prononçant à maintes reprises cette succession de phrases,traduction élaborée de la devise latine « Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum » que défend fièrement la plus nationale des universités d’État du Cameroun, le mercredi 27 janvier 2021 lors de la cérémonie de signature de la convention de partenariat entre l’Université de Dschang et la Commune de Dschang, le Professeur Roger Tsafack Nanfosso a certainement voulu montrer à quel point l’institution qu’il dirige est importante pour la ville qui l’héberge.
Voici l’intégralité du discours du Recteur de l’Université de Dschang à cette cérémonie au cours de laquelle la Commune de Dschang a officiellement intégré le concept « Université Municipales ».

  • Monsieur le Préfet de la Menoua,
  • Monsieur le Sous-Préfet de Dschang,
  • Monsieur le Maire de la Commune de Dschang,
  • Messieurs les Vice-Recteurs de l’Université de Dschang,
  • Messieurs les Adjoints au Maire de la Commune de Dschang,
  • Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Rectoral de l’Université de Dschang
  • Distingués élus locaux,
  • Mesdames et Messieurs,
    Rarement l’Université de Dschang (UDs) s’est retrouvée hors de son campus pour signer une Convention qui l’engage avec des partenaires. Aujourd’hui, nous voici à l’Hôtel de ville de Dschang. Cela est presque inédit mais il s’agit d’un témoignage de notre conception du partenariat local. Le déplacement des responsables de l’Université pour la Mairie est une preuve, s’il en était encore besoin, de la considération que nous avons pour nos partenaires en général et, en particulier, pour la Commune de Dschang.
    Nous sommes donc bien à l’aise d’être ici dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant. Nous sommes surtout heureux de l’accueil chaleureux que Monsieur le Maire et son équipe nous ont réservés. Aussi j’exprime la gratitude de notre communauté universitaire pour tout ce que l’Exécutif Municipal fait ou entend faire pour elle, aussi bien dans l’espace urbain que dans le parc universitaire.
    Mesdames et Messieurs,
    Au moment où se tient cette cérémonie, la triste actualité de l’accident de la circulation survenu ce matin et qui a fait de nombreuses victimes impacte certainement nos activités. D’autres l’ont fait avant moi, mais je ne peux m’empêcher, à défaut de demander une minute de silence, d’exprimer mes vifs souhaits de bon rétablissement aux blessés et mes condoléances les plus attristées aux familles endeuillées.
    Saisi ce matin par le Directeur de l’Hôpital de District, par ailleurs Chef du Département de Microbiologie à la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques, ainsi que le Doyen de cet établissement lui-même, j’ai dépêché l’ambulance de l’Université pour aider aux évacuations diverses. L’UDs se tient aux côtés des institutions de la ville, notamment la Préfecture et la Mairie, pour soutenir les actions de prise en charge afin de sauver ce qui peut l’être.
    Monsieur le Préfet,
    Monsieur le Maire,
    Mesdames et Messieurs,
    Même dans la douleur, nous nous efforçons de remplir nos devoirs programmés. Ainsi en est-il de la cérémonie qui nous réunit ici aujourd’hui et dont l’objet est la signature d’une Convention de partenariat entre la Commune de Dschang et l’Université de Dschang.
    Sans entrer dans les détails de cette Convention, je voudrais simplement rappeler que cette activité rentre pleinement dans les missions de l’Université camerounaise, notamment l’« appui au développement ». Dans cette dimension, l’UDs fait véritablement sienne sa devise : « Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum ». La traduction élaborée de cette devise latine c’est : « L’université au service de la société » et, la traduction littérale, « Le trésor de Dschang c’est son université; c’est là que réside son cœur ».
    Pour ceux qui ne le savent pas, ou qui l’avaient oublié, l’Université de Dschang est territorialement la plus nationale des universités du pays, avec une présence dans six des dix Région du Cameroun. Notre institution se trouve en effet à Maroua, à Bambui, à Foumban, à Bandjoun, à Bafia, à Yaoundé, à Ebolowa et à Belabo : c’est la plus nationale des universités d’État. Mais ce n’est pas pour rien que le Président de la République l’a baptisée « Université de Dschang ». On peut dire que si sa contribution au développement rayonne dans tout le Cameroun mais elle part d’abord de Dschang. Et c’est ici que l’on doit s’approprier en premier son apport. Scholae Thesaurus Dschangensis Ibi Cordum.
    Dans sa volonté de servir la société, l’UDs inscrit ses actions dans le cadre des programmes nationaux de développement. Notre université essaie ainsi, entre autres, d’accompagner le changement du paradigme de gouvernance au Cameroun. Cette gouvernance est désormais bien ancrée dans la décentralisation et le développement local. C’est dans cette logique que nos établissements ont mis en place depuis quelques années des formations du niveau BTS, Licence et Master sur les questions d’assainissement urbain, de gestion des Collectivités Territoriales Décentralisées, de développement et de gouvernance locale. Au-delà de ces formations spécialisées, notre université a mis en place le concept et le projet des « universités municipales ».
    Mesdames et Messieurs,
    La Convention que nous signons ce jour rentre dans ce projet des « universités municipales » validé lors de la 41e session du Conseil de l’Université le 21 décembre 2017 et adopté à l’occasion de la 39e session du Conseil d’Administration le 14 décembre 2018. Au cours de la cérémonie de présentation des vœux 2019 le 30 janvier, les trois Maires des Communes d’Arrondissement de Bafoussam sont venus à Dschang signer des conventions dans le cadre du projet.
    En cette circonstance, les attendus des « universités municipales » avaient été rappelés. Il s’agit globalement pour l’UDs, l’on s’en souvient, de consacrer aux Communes un paquet de prestations de formation (par une série d’ateliers thématiques au bénéfice d’un public ciblé par les Maires) ; un paquet de prestations de recherche (par des mémoires et des stages académiques qui vont approfondir et documenter les projets retenus dans les Plans de Développement communaux) ; un paquet de prestations de participation au développement (par l’assistance des Mairies à la formulation et à la mise en œuvre de projets prioritaires) ; un paquet de prestations d’animation scientifique (par l’organisation de colloques, symposiums, expositions, etc.) ; un paquet de prestations d’édition (par la production d’un livre blanc pour chacune des Mairies partenaires). Ce qui est attendu des Communes est bien connu, comme le Maire de Dschang a su si bien l’exprimer. L’on est en tout cas engagé dans une dynamique où l’université participe décisivement au développement de la Commune et vice-versa.
    Le fait que Dschang rejoigne les autres Communes dans ces « universités municipales » donne une autre impulsion au projet. Les difficultés de l’année 2020 n’ont pas permis d’avancer suffisamment. Mais l’année 2021 commence avec un engagement bien prometteur. Dans la Convention, il est stipulé qu’un Comité de suivi sera mis en place. Je compte sur les membres de ce Comité pour veiller à la mise en œuvre diligente des programmes arrêtés d’accord-parties afin de produire les résultats que la société attend de nous.
    En tout état de cause, l’acte de ce jour apparait simplement comme une formalisation de la symbiose naturelle entre l’UDs et la Commune. Nous sommes en effet dans un espace urbain dont environ 30% de la population est constituée d’étudiants. Certains se demanderaient d’ailleurs pourquoi une telle Convention arrive si tard. Quoi qu’il en soit, et nous le constatons tous ici et maintenant, mieux vaut tard que jamais.
    La Commune de Dschang s’est manifestée aujourd’hui, comme hier les Communes de Bafoussam. Demain, d’autres Communes, à l’instar de celle de Kiye Ossi dans le Sud, par exemple, signeront avec nous. C’est que le projet des « universités municipales » vient fort à propos dans le contexte actuel d’accélération du processus de décentralisation. Et nous pensons être sur la bonne voie de l’accompagnement, au niveau national, des initiatives communales et régionales de développement.
    Monsieur le Préfet,
    Monsieur le Maire,
    Mesdames et Messieurs,
    Sur notre engagement d’aller aussi loin que possible dans nos services à la communauté, nous fondons l’espoir d’un développement local davantage fulgurant sous l’impulsion actualisée de cette Convention liant formellement l’Université de Dschang et la Commune de Dschang, évoluant main dans la main, afin que vive :
  • Le partenariat entre l’Université de Dschang et la Commune de Dschang,
  • Le Département de la Menoua,
  • La Région de l’Ouest,
  • Et le Cameroun dirigé de main de maitre par le Président de la République, Son Excellence Paul Biya./