Le forage en eau profonde réalisé dans ce village du Groupement Foréké-Dschang a été inauguré le jeudi 15 avril 2021. Il a une profondeur de 101 m ; et un débit de 3 m3/h ; son château de réserve culmine à 8 m du sol, et est équipé d’un tuyau de sortie de 63 mm, en attente d’alimenter les communautés à connecter.
Le forage réalisé au village Likong, dans le groupement Foréké-Dschang, et inauguré le jeudi 15 avril passé, est équipé d’une pompe monophasée immergée, avec mise en marche automatique. La réalisation de cet ouvrage a été cofinancée par : le Comité de développement du village, l’ONG italienne Ala-Milano et la commune de Dschang.
Dans son mot de bienvenue, Landry Nguenang, président du Comité de développement du village, a dit : « Merci à tous ceux qui ont conjugué leurs efforts, pour que le village Likong ait son tout premier point d’eau, offrant ainsi à ses populations l’opportunité d’aisément se laver les mains, en ces temps de crise pandémique… » Continuant, il a salué la mobilisation des populations, qui a permis de construit le réseau de distribution d’eau à 50%.
Les autorités traditionnelles présentes, SM Martin Djoufack, chef du village Likong, et SM Mathias Djoumessi, chef du groupement Foréké-Dschang, ont chacun à sa manière, émis le vœu de voir le seigneur donner « plus d’énergie au maire, afin que celui-ci satisfasse davantage [leurs] besoins, qui s’organisent en trois grandes priorités : l’eau, la santé, l’éducation… »
Pour sa part, Jacquis Gabriel Kemleu, maire de la commune de Dschang, a salué la participation du Comité de développement et de l’ONG Ala-Milano, « qui ont accepté de se mettre aux côtés de la commune, pour le bien-être des populations du village Likong… » A ces populations bénéficiaires, il a transmis les salutations des responsables de l’ONG italienne, empêchés.
Répondant aux doléances portées par George Zeumo, directeur de l’école publique de Likong, il a engagé l’équipe de l’Agence municipale de l’eau et de l’énergie, AMEE, à prendre toute sa part dans la réponse au besoin d’installation des équipements, nécessaires à un usage plus moderne des toilettes, tant à l’école primaire qu’à la maternelle.
Et, tourné vers le président du Comité de développement, le magistrat municipal a suggéré à son interlocuteur de saisir la commune, par écrit, sur sa préoccupation « d’ouverture des voies de communication à l’intérieur du village, pour faciliter la mobilité des personnes et des biens… », tout en reprécisant l’apport des bénéficiaires.
Au sujet de la reprise des travaux de construction du Centre de santé intégré (CSI) de Likong, laissés à l’abandon il y a de cela plusieurs années, l’édile de la commune a demandé de lui produire un document de maturation du projet, afin qu’il ait une marge de manœuvre plus large, dans ses recherches de financements.
Roch Kenfack