Réunis, le mardi 29 mars 2022 en session ordinaire de leur corporation à l’effet d’examiner et adopter les comptes communaux pour l’année 2021, les conseillers municipaux de Dschang ont par plusieurs délibérations votées, donné quitus à Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou et son équipe pour leurs ambitions. Des sociétés communales d’investissement et de transports urbain à la délégation de la collecte de déchets en passant par plusieurs autres sujets ayant été l’objet des délibérations, il est clair que l’Exécutif Municipal de Dschang souhaite anticiper sur certains problèmes qui minent la vie dans les grandes métropoles aujourd’hui. Voici notre analyse de la délibération autorisant le Maire à procéder à la recherche des Partenariats en vue de la création d’une Société Communale de Transport Urbain dans la Commune de Dschang.

Après avoir maturĂŠ une dizaine de projets destinĂŠs Ă  amĂŠliorer la surface urbanisĂŠe par le bitumage de certaines voies stratĂŠgiques de Dschang, l’ExĂŠcutif Municipal souhaite anticiper sur les mesures d’accompagnement notamment pour amĂŠliorer la mobilitĂŠ urbaine. Il s’agit aussi de travailler Ă  restreindre les opĂŠrateurs du secteur de transports dans des camps affectĂŠs Ă  leurs activitĂŠs pour restaurer la fluiditĂŠ dans la circulation en ville. L’ĂŠpreuve est ardue et le combat loin d’ĂŞtre gagnĂŠ tant ces opĂŠrateurs, face aux motos taximen qui ne respectent pas toujours la facturation des trajets menant aux diffĂŠrentes gares routières, se rendent coupables des racolages au centre-ville Ă  la quĂŞte des usagers clients. L’action de la mise en place de la sociĂŠtĂŠ communale de transport allie dĂŠcongestionnement du centre-ville et lutte contre la vie chère.

Aussi, l’on note de plus en plus les cas d’accident de circulation pour lesquels les motos taxis sont gĂŠnĂŠralement impliquĂŠes sur la nationale numĂŠro 17. Avec ces engins Ă  deux roues, ce sont des arrĂŞts frĂŠquents et dĂŠsordonnĂŠs, qui entrainent des externalitĂŠs nĂŠgatives importantes comme la congestion, les accidents, conduisant Ă  des coĂťts monĂŠtaires ĂŠlevĂŠs Ă  supporter par les usagers qui doivent, en respect des prescriptions communales rallier les deux extrĂŠmitĂŠs de la ville Ă  l’effet de trouver des cars de transport interurbain Ă  destination de Douala, Bafoussam ou YaoundĂŠ.

Une société communale de transport urbain viendra apporter un soulagement réel pour bon nombre des populations de Dschang qui y trouveront un moyen sûr pour leur mobilité, elle soulagera bon nombre d’élèves et parents. Il est question de promouvoir un système de transport de masse, et réduire le dysfonctionnement de l’offre de transport à Dschang. Avant de donner quitus à l’Exécutif Municipal, les élus locaux ont passé au peigne fin les incidences que l’action pourrait avoir sur le secteur de transports par des mototaxis. Les Camerounais opérant dans ce secteur utile n’auront pas à s’inquiéter. Avec le phénomène de l’expansion urbaine, la demande en moyens de déplacement pour les hommes et femmes vivant loin de la route bitumée ira croissante.

Appel au respect des règles d’urbanisme au bout de la chaine.

Depuis son installation le 28 fĂŠvrier 2020, l’ExĂŠcutif Municipal de Dschang, s’est, dans le cadre de sa politique d’urbanisation, engagĂŠ Ă  veiller au respect scrupuleux du Plan d’Occupation des Sols (POS) Ă  Dschang. Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou et ses hommes ont trouvĂŠ la dynamique spatiale de Dschang de plus en plus semblable Ă  celle des grandes agglomĂŠrations au Cameroun et en Afrique. Lors des diffĂŠrentes assises de la commission communale de dĂŠlivrance du permis de construire, ce qui est devenu une obsession pour le Maire de Dschang Ă  savoir œuvrer pour sauver l’urbanisme dans sa ville, se fait remarquer. Les membres de ladite commission ont longuement statuĂŠ le 17 fĂŠvrier 2022 sur le dossier d’un chantier arrĂŞtĂŠ et dĂŠtruit quelques plus tĂ´t Ă  cĂ´tĂŠ du Rectorat de l’UniversitĂŠ de Dschang par les services techniques. Comme ce chantier, plusieurs bâtisses sont malheureusement dĂŠmolies au quotidien dans la citĂŠ universitaire. Le non-respect des règles d’urbanisme ici questionnĂŠ, fait en effet partie des ĂŠlĂŠments avec lesquels l’actuel exĂŠcutif Ă  la tĂŞte de la commune de Dschang ne souhaite pas s’amuser. Il est non seulement question de soumettre tous les citoyens dĂŠsireux de se faire une construction de remplir au prĂŠalable les modalitĂŠs aux fins d’obtention de permis de construire, mais aussi, il faut effectivement respecter le plan d’occupation du sol, un document qui fixe les règles gĂŠnĂŠrales et les servitudes d’utilisation des sols, dans le cadre des orientations des schĂŠmas directeurs avec lesquels il doit ĂŞtre compatible ; un document qui organise les zones urbaines ou Ă  urbaniser en prenant notamment en compte les besoins en matière d’habitat, d’emplois, de services et de transport, un document qui consacre la protection des zones naturelles, en raison notamment de la valeur agronomique des terres ou de l’existence de risques naturels prĂŠvisibles. C’est ĂŠgalement dans cette logique que Jacquis Gabriel Kemleu et ses hommes de la Mandature des dĂŠfis ont requis de leurs pairs, conseillers municipaux l’autorisation de procĂŠder Ă  la recherche des Partenariats en vue de la crĂŠation d’une SociĂŠtĂŠ Communale de Transport Urbain dans la Commune de Dschang.

CDB