𝘈 𝘭’𝘰𝘤𝘤𝘢𝘴𝘪𝘰𝘯 𝘥’𝘶𝘯𝘦 𝘤𝘰𝘯𝘧é𝘳𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘥𝘦 𝘱𝘳𝘦𝘴𝘴𝘦, 𝘵𝘦𝘯𝘶𝘦 à 𝘭’𝘦𝘴𝘱𝘭𝘢𝘯𝘢𝘥𝘦 𝘥𝘶 𝘔𝘶𝘴é𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘤𝘪𝘷𝘪𝘭𝘪𝘴𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯𝘴 𝘥𝘶 𝘊𝘢𝘮𝘦𝘳𝘰𝘶𝘯 (𝘔𝘋𝘊), 𝘭’𝘦𝘹é𝘤𝘶𝘵𝘪𝘧 𝘮𝘶𝘯𝘪𝘤𝘪𝘱𝘢𝘭 𝘥𝘦 𝘋𝘴𝘤𝘩𝘢𝘯𝘨 𝘢 𝘥𝘳𝘦𝘴𝘴é 𝘶𝘯 𝘣𝘪𝘭𝘢𝘯 𝘴𝘺𝘯𝘰𝘱𝘵𝘪𝘲𝘶𝘦 𝘥𝘦 𝘴𝘰𝘯 𝘢𝘤𝘵𝘪𝘰𝘯, 𝘢𝘱𝘳è𝘴 100 𝘫𝘰𝘶𝘳𝘴 𝘥’𝘦𝘹𝘦𝘳𝘤𝘪𝘤𝘦 𝘥𝘶 𝘱𝘰𝘶𝘷𝘰𝘪𝘳.

A l’issue des élections couplées municipales et législatives du 9 février 2020, les maires entrant et sortant de la commune de Dschang se sont passés le service, le 28 février passé, au cours d’une cérémonie brève et sobre. Le 6 juin courant, l’exécutif en place a donc passé 100 jours d’exercice du pouvoir, aux commandes de la commune de Dschang.
Dans son mot liminaire, Jacquis Kemleu, maire, a brossé une rapide rétrospective des actions qui pourraient être mises à leur actif, malgré le brutal accueil que la pandémie toujours en cours du COVID-19, leur a réservé.
Face à ce désastre, l’exécutif a répondu par une vaste campagne de sensibilisation. Anticipant ainsi sur la première sortie du Premier Ministre, relative à la stratégie nationale de riposte, contre le mal. C’est grâce à cette action et aux suivantes, menée avec le concours de ses partenaires, qu’au nombre des communes de tailles similaires, Dschang compte parmi les collectivités territoriales les moins touchées, sur le plan sanitaire.
Fort de l’appui de ses multiples partenaires, la commune a pu déployer : plus de 80 kits de lavage des mains et du savon ; 14 kits de désinfection ; 50 litres de gel hydro-alcoolique, conditionné en boîtes de 0,5 litre ; 300 affiches sur des points sensibles de son territoire, tant en zone urbaine qu’en campagne. Parallèlement, 30 spots et microprogrammes ont été diffusés sur les antennes des radios locales, en de multiples langues.
Dans le cadre de la campagne d’amélioration de l’offre en eau potable, 4 ouvrages d’adduction d’eau ont été réalisés : à l’hôpital de district, au site principal de la mairie, au centre administratif et au marché Tsinfem. En ce moment, l’Agence municipale de l’Eau et de l’énergie (AMEE) travaille, au dimensionnement des ouvrages de stockage et de distribution, de l’eau tirée des puits forés.
Cette campagne se poursuit avec la construction prochaine, de 4 autres forages : au bâtiment « B » de la mairie, aux marchés « A » et « B », et à Tsinkop. Selon les mots du maire, ces opérations ont permis de donner un sens concret au partenariat, que l’exécutif souhaite entretenir avec l’université de Dschang.

𝐏𝐫è𝐬 𝐝𝐞 𝟏 𝟎𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝐅𝐜𝐟𝐚 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐥’é𝐥𝐞𝐜𝐭𝐫𝐢𝐟𝐢𝐜𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐫𝐮𝐫𝐚𝐥𝐞 à 𝐅𝐨𝐭𝐞𝐭𝐬𝐚.
Dans le domaine de l’administration municipale, des réformes ont été opérées, en vue d’améliorer la qualité du service public. Désormais, les adjoints au maire ont été regroupés en un endroit, et un secrétariat a été mis leur disposition. Le secrétaire général, chef de l’administration municipale, a été rapproché du cabinet du maire, pour un traitement plus diligent des dossiers des usagers.
Entre autres innovations, faites toujours pour rapprocher les services des usagers, l’on citerait : l’arrimage de toute la chaîne financière au logiciel sim-ba ; le versement du salaire des employés, uniquement sur des comptes ouverts dans des banques ; la finalisation d’un pointeur électronique, pour évaluer l’assiduité des personnels ; la restructuration et l’élargissement de l’assiette fiscale, en cours, pour sécuriser les recettes propres.
Dans le secteur énergétique, l’implémentation du projet d’électrification du groupement Fotetsa a été mise en route, pour un montant de près de 1 000 000 000 Fcfa, issu des fonds de contrevaleur suisse. Sur le plan de la gestion des déchets, la tâche a commencé par des opérations « Coups de poings », qui ont permis d’effectuer un nettoyage d’urgence de la ville. Et dans un second temps, le schéma directeur de collecte des déchets est en cours d’implémentation.
Dans l’univers de la coopération, le maire a participé à une réunion au ministère de la Décentralisation et du développement local, MINDDEVEL, dont l’objet a porté sur la préparation du sommet Afrique-France. A cette occasion, il a échangé avec la secrétaire générale de ce sommet, au sujet de la participation de Dschang à cette rencontre, qui a eu l’ambition de mettre en vitrine des coopérations réussies, du genre de celle qui lie Dschang à Nantes.

𝑹𝒐𝒄𝒉 𝑲𝒆𝒏𝒇𝒂𝒄𝒌