Une convention a été paraphée le vendredi 12 mars 2021 entre les deux institutions qui souhaitent toutes les deux accorder leur violon pour permettre à l’université de Dschang d’améliorer ses infrastructures et de bien assurer ses missions au rang desquelles l’appui au développement. Cet évènement a eu lieu en marge de la cérémonie de don par la Fondation université de Dschang (FONDUDs) du mobilier de bureaux à l’Université de Dschang. A la même occasion, la FONDUDs a signé une autre convention avec le Haut Conseil des Camerounais de l’Étranger (HCCE).
En après-midi du vendredi 12 mars courant, dans la salle des thèses de l’École doctorale de l’université de Dschang (UDs), Jacob Sindze, PCA de la Fondation université de Dschang (FONDUDs), a présidé une cérémonie brève de rétrocession de mobiliers de bureau, au Pr Roger Tsafack, Recteur de l’UDs.
D’une valeur totale de dix millions de (10 000 000 Fcfa), ce don a été destiné à équiper les salles de classe et les bureaux de l’École doctorale de cette institution. Ce don est le fruit de la deuxième levée de fonds organisée par la Fondation. La première avait eu lieu en décembre 2019. Elle avait permis de construire l’immeuble siège de l’École doctorale.
A la même occasion, le PCA de la FONDUDs a signé deux nouvelles conventions de partenariat, avec la commune de Dschang (CDs) et le Haut conseil des camerounais pour l’étranger (HCCE), pour une durée de trois (3) ans renouvelables par avenant écrit. Ces deux conventions ne visent qu’un but : « Booster le développement et le rayonnement de l’UDs… »
Selon les mots du PCA Sindze, la signature de ces documents est à inscrire dans l’engagement des parties, « à participer ensemble à l’amélioration du cadre socio-éducatif, et au développement durable de la formation du capital humain, à l’UDs, dans le cadre d’une mise en œuvre originale du partenariat public-privé… »
Énumérant les obligations de la FONDUDs envers la commune de Dschang CDs, Sindze a cité entre autres : la proposition semestriellement à l’UDs de l’organisation d’une activité d’animation scientifique (conférence, colloque…), sur un thème relatif à la décentralisation, en veillant à l’invitation par l’université des personnels de la commune de Dschang ; la participation à la diffusion de la stratégie de développement de la CDs…
Pour sa part, la CDs s’est engagée : à devenir au moins un grand donateur de la FONDUDs ; à faciliter l’intégration des étudiants des formations professionnelles, notamment pour l’exécution de leurs stages académiques ou professionnels ; à apporter tout appui éventuel aux formations professionnelles dispensées, par l’UDs ; à intégrer l’UDs et la FONDUDs aux réflexions relatives à la décentralisation, au développement local, aux projets municipaux et d’intercommunalité ; à suggérer à l’UDs, des thèmes de recherche relatifs à la décentralisation et au développement local ; à accorder la préférence aux meilleurs étudiants stagiaires, lors des recrutements de personnels communaux ; à impliquer l’UDs dans l’élaboration et l’évaluation des outils d’accompagnement du développement local, ainsi que dans le montage, la mise en œuvre et l’évaluation des projets locaux, à fort impact socio-économique.
Les attentes formulées à l’endroit du HCCE ont été de : devenir grand donateur à la FONDUDs ; soutenir les projets de développement portés par l’UDs ; créer le « Cercle des amis de l’UDs » dans la diaspora, en concertation avec la Fondation ; développer des projets de jumelage et de mise à niveau de l’UDs, avec des universités étrangères ; développer des partenariats avec des universités Nord-américaines, pour faciliter la mobilité et l’échange d’enseignants-chercheurs ; soutenir la promotion de l’excellence ; aider à l’intégration des enseignants-chercheurs et des étudiants de l’UDs, dans des universités étrangères ; devenir l’ambassadeur de bonne volonté de la Fondation à l’étranger…
Dans sa prise de parole, le Dr Louis Samuel Dongmo, président du HCCE, a estimé les effectifs constituant la diaspora camerounaise, à cinq millions (5 000 000) d’âmes réparties sur les cinq (5) continents. Continuant, il a fait des annonces : « Ce qui se passe ici ce jour est le début d’une série de grands accords, entre la diaspora et les institutions universitaires du Cameroun. Car, nous allons dupliquer cet exercice à travers le triangle national. Et le choix de Dschang comme étape inaugurale n’est pas un hasard. C’est la prime à l’excellence et à la performance, dont cette institution fait preuve… ».
Louis Samuel Dongmo a également annoncé « la création prochaine, d’un pôle d’excellence en biologie moléculaire, pour rendre possible sur place le séquençage génétique, ainsi que la pratique d’une médecine personnalisée, sur des maladies rares… ».
Pour sa part, Jacquis Gabriel Kemleu, Maire de la Commune de Dschang, a vu en la cérémonie de ce jour, un prolongement logique de celle qui a eu lieu, le 27 janvier 2021, dans la salle des actes de la CDs, et qui avait pour objet la signature d’une convention entre la commune et l’UDs, dans le cadre du concept des « Universités municipales ». Io a annoncé que la commune dont il a la charge « entend occuper efficacement la place qui aurait dû être la sienne, dès la mise en place de [cette dynamique], parce que l’UDs, son cœur, ne doit non seulement pas cesser de battre, mais rester en mouvement pour que Dschang tire tous les bénéfices, que réserve la décentralisation… ».
« 𝐋𝐞 𝐧𝐨𝐦 « 𝐂𝐨𝐦𝐦𝐮𝐧𝐞 𝐝𝐞 𝐃𝐬𝐜𝐡𝐚𝐧𝐠 » 𝐟𝐢𝐠𝐮𝐫𝐞𝐫𝐚 𝐨𝐟𝐟𝐢𝐜𝐢𝐞𝐥𝐥𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐚 𝐬𝐭è𝐥𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐝𝐨𝐧𝐚𝐭𝐞𝐮𝐫𝐬, 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐅𝐨𝐧𝐝𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧… »
Le Maire de Dschang a mis un terme à son intervention, en déclarant : « Le nom « Commune de Dschang » figurera officiellement sur la stèle des donateurs, de la Fondation… »
Répondant à ce dernier orateur, le Recteur de l’institution universitaire a dit que : « La commune de Dschang et son université sont deux institutions sœurs, qui ne peuvent que se mettre ensemble, pour [contribuer à] l’émergence de la région de l’Ouest et du Cameroun… », à partir de cette ville. À l’adresse du Dr Louis Samuel Dongmo, le Professeur Roger Tsafack Nanfosso a dit sa satisfaction : « Nous sommes heureux de savoir qu’aux côtés du HCCE, nous allons grandir encore et nous rapprocher un peu plus des universités Nord-américaines, qui nous ont fait rêver quand nous étions jeunes… »
Après avoir expliqué que, de par sa présence dans huit (8) des dix (10) régions que compte le Cameroun, à travers les tutelles académiques qu’elle exerce sur des Instituts privés d’enseignement supérieur (IPES) et que, grâce à l’implantation de ses campus dans six (6) régions sur les dix (10), il a révélé au président du HCCE que : « L’UDs est la plus nationale des universités d’État. Investir sur l’UDs, c’est investir dans l’ensemble du pays… »
La FONDUDs a été créée dans le but de : lever, collecter, gérer et affecter des ressources au développement de l’UDs.
Avant de rendre la parole, le Recteur de l’Université de Dschang s’est engagé à porter la doléance formulée par le HCCE, auprès du MINESUP. Cette préoccupation a porté sur la demande de double nationalité, à cause des difficultés qu’éprouvent les membres de la diaspora, à s’épanouir intellectuellement et/ou socialement, au-delà d’un certain stade dans nombre de pays occidentaux, s’ils n’acquièrent pas la nationalité du pays hôte.
Face à l’insuffisance des ressources destinées à réaliser les missions de l’institution universitaire, et au regard de l’évolution des besoins induits par les défis infrastructurels et technologiques, ainsi qu’à cause de l’implantation sans cesse croissante de l’UDs sur l’étendue du territoire national, couplée aux exigences propres au système LMD, la FONDUDs a été créée dans le but de : lever, collecter, gérer et affecter des ressources destinées à soutenir des projets de développement, de l’UDs.
𝘙𝘰𝘤𝘩 𝘒𝘦𝘯𝘧𝘢𝘤𝘬/𝘊𝘋𝘉