À travers un courrier spécial signé le 11 Août 2021, Léonard Emmanuel Bomba adresse ses remerciements au Maire Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou pour sa participation aux activités organisées par le Programme National de Formation aux Métiers de la Ville (PNFMV), à l’occasion de la 10ème journée Africaine de la Décentralisation et du Développement Local (JAD) célébrée le 10 Août 2021.
En prélude à cet évènement, une Conférence-Débat a été organisée le 9 Août 2021 sous le thème « Développer des activités autour du patrimoine culturel comme moyen de construire l’identité de la ville et de promouvoir l’image de marque de la ville et le marketing territorial. » Les remerciements adressés à l’édile de Dschang sont relatifs à sa magistrale intervention par ZOOM sous le thème « Dschang, entre ville universitaire, touristique et bientôt industrielle : quelles stratégies pour un marketing territorial efficace et porteur de valeur ajoutée ».
𝗟𝗔 𝗖𝗢𝗠𝗠𝗨𝗡𝗜𝗖𝗔𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗨 𝗠𝗔𝗜𝗥𝗘 𝗗𝗘 𝗗𝗦𝗖𝗛𝗔𝗡𝗚
Après avoir succinctement présenter la ville dont il est le Premier Magistrat, Jacquis Kemleu a décliné sa compréhension de la notion de marketing territorial qui « vise à améliorer l’attractivité d’un territoire en agissant directement ou indirectement afin d’augmenter les flux entrants et de ralentir les flux sortants », a-t-il dit. Il s’agit en effet des flux sont de toutes natures : entreprises, entrepreneurs, visiteurs, touristes, étudiants, capitaux et financements, évènements récréatifs et professionnels etc. « Il se comprend comme un effort collectif de valorisation et d’adaptation des territoires à des marchés concurrentiels, pour influencer, à leur faveur, le comportement des publics cibles par une offre différente et attractive dont la valeur perçue est durablement supérieure à celle des concurrents », a-t-il ajouté.
Il a ensuite rappelé à son auditoire que « la Commune de Dschang n’a pas échappé aux défis et enjeux de la territorialisation qu’emporte la décentralisation. C’est ainsi que l’institution communale et les autres acteurs du territoire se sont lancés dans une démarche de promotion des atouts puis de l’attractivité de son territoire et des segments qui composent sa vie ».
Dans une démarche digne de l’académicien qu’il est aussi, et pour justifier le choix porté sur lui et sa ville pour cette thématique, il a dit que « Dschang, ville historique est aussi particulièrement connue comme ville universitaire, et aujourd’hui, ville laboratoire et innovante de bonnes pratiques de développement local. Elle tend à devenir une ville industrielle, à la faveur notamment, de son usine de tri semi-automatique des déchets et de la cité municipale et industrielle prochainement réalisée ». D’où la stratégie de communication et de marketing élaborée et mise en œuvre avec efficience à Dschang. La suite de sa communication a porté sur les combinaisons d’actions qui sont développées à Dschang pour faire du tourisme, de l’université ou de son tissu industriel, en cours de structuration, un avantage concurrentiel fort, source d’attractivité. Il a présenté les actions menées, en cours, et les perspectives.
« La Commune de Dschang déploie de façon informelle des actions pour favoriser son attractivité au niveau national et international, avec en priorité, le développement du tourisme, et l’amélioration du cadre de vie général des citoyens propice aux activités diverses. Cette attractivité est mise en exergue par une stratégie de communication forte, et par des coopérations et partenariats riches et fructueux » a-t-il indiqué.
𝗔𝘂 𝘀𝘂𝗷𝗲𝘁 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱’𝗮𝘁𝘁𝗿𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁é 𝘁𝗼𝘂𝗿𝗶𝘀𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲 , le Maire Kemleu a présenté les prouesses du premier office de Tourisme d’Afrique Centrale créé à Dschang en 1998. Il s’agit grosso modo des actions menées pour structurer les différentes filières d’acteurs à savoir :
• Cinq (5) collèges d’acteurs créés (hôteliers, restaurateurs, guides, transporteurs, artisans),
• Des infrastructures d’accueil, de loisir et de promotion du patrimoine renforcées (Aménagement du lac municipal, création de la base nautique, construction du Musée des civilisations et du centre artisanal, deux (2) « cases d’hôtes » créées au sein de la chefferie supérieure Foto et de la sous-chefferie de 3e degré de Keleng, entre autres.)
• Six (6) concepts identifiés pour la commercialisation des produits touristiques à savoir : « La route des Chefferies », « La route du Café », « La route du thé », « la Route des chutes », « La route des artisans » « La route des Grottes » et « La route de l’esclavage ».
𝗔𝘂 𝘀𝘂𝗷𝗲𝘁 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱’𝗮𝘁𝘁𝗿𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁é 𝗾𝘂𝗶 𝗽𝗼𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝗻𝗲𝗻𝘁 𝗗𝘀𝗰𝗵𝗮𝗻𝗴 𝗰𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗹𝗮 𝗺𝗲𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿𝗲 𝗱𝗲𝘀𝘁𝗶𝗻𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗲𝘀𝘁𝘂𝗱𝗶𝗮𝗻𝘁𝗶𝗻𝗲 , la stratégie commenté par l’édile de Dschang au cours de cette communication met un point d’honneur sur la promotion de l’offre plurielle et de qualité en matière d’enseignement supérieur avec par exemple l’Institut Supérieur de Sciences Technologique Nanfah qui est classé parmi les meilleurs instituts du Cameroun avec ses brillants résultats au BTS et l’Université de Dschang avec ses filières innovantes comme la Faculté d’Agronomie et de Sciences Agricoles(FASA), Gouvernance Locale, Ingénierie juridique des CTDs, Communication pour la Gouvernance Locale et le Développement…). Il a aussi zoomé sur le partenariat paraphé entre la Commune de Dschang et cette université sur le concept des « Universités Municipales » ; un partenariat qui renforce la formation académique et pratique à travers l’accès institutionnalisé aux stages, à des projets et études concrets de développement ; la renommée et les performances de l’Université de Dschang, la plus nationale des universités camerounaises, au niveau sous-régional.
Naturellement, le cadre de vie général dans la ville dont l’hospitalité des habitants, l’éclairage public généralisé par panneaux solaires, la gestion efficiente des déchets pour une salubrité optimale sont des éléments pour lesquels, l’on gagnerait à séjourner à Dschang. Et la communication faite par Jacquis Kemleu a bien mentionné cela.
Et pour terminer, le Maire de Dschang a évoqué 𝗹𝗲𝘀 𝗮𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱’𝗮𝘁𝘁𝗿𝗮𝗰𝘁𝗶𝘃𝗶𝘁é 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝗳𝗳𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 , notamment la politique communale qui vise le renforcement de l’offre en énergie, préalable pour tout processus d’industrialisation et aussi, l’existence d’un Centre d’Appui à la Technologie, à l’innovation et à l’incubation à L’Université de Dschang (Cati2-UDs) qui lance chaque année un appel à idées des projets.
À Dschang, les autorités municipales ont compris au fils des ans et de mandatures qu’il n’est pas possible de dissocier communication et marketing. Les deux notions étant des facteurs essentiels dans le processus de développement local. La stratégie de communication et de marketing communal implémentée à Dschang regroupe l’ensemble des actions qui permettent d’assurer la promotion des atouts, spécificités et potentialités de la Commune dans le but de la rendre attractive pour le développement de l’économie locale. Elle est aussi la feuille de route qui permet de mobiliser toutes les parties prenantes à l’intérieur et à l’extérieur de la Commune pour trouver des solutions durables aux problèmes de développement local. Que ce soit au niveau de l’institution communal, de la municipalité ou à l’extérieur, il s’agit de promouvoir les actes, les actions et l’image d’une ville qui allie, bonne gouvernance, innovation pour assurer le service public et promouvoir son développement.
CDB