Après la cérémonie d’inauguration de la Val’Box, le 22 juin 2021 à Siteu, la Commune de Dschang continue de célébrer les acteurs et les partenaires qui ont appuyé l’initiative qui accueille le process de tri modulaire et autonome des déchets aujourd’hui. L’Exécutif de la Mandature des défis est pleinement conscient que n’eurent été les apports et appuis multiformes de ces partenaires, la Val’Box n’aurait pas eu de cadre pour son expérimentation sur le territoire communal. Les autorités et autres invités à la cérémonie du 22 juin sont repartis de Siteu informés et sensibilisés au sujet de ces soutiens que le Maire Jacquis Gabriel Kemleu a pris le soin de détailler dans son allocution de circonstance.
Ayant fait le déplacement du Cameroun pour l’évènement, Blaise Métangmo, Président de l’Association ELANS a aussi su marteler dans son discours, le rôle que l’organisation aux destinées de laquelle il préside depuis 2001 a joué dans la mise en place de l’initiative éco-favorable.
L’Association ELANS (Ensemble pour l’Action Nord-Sud)
Dirigée par le natif de Dschang, Blaise Métangmo qui est par ailleurs le Directeur commercial de l’entreprise Ar-Val, constructeur de la Val’Box, ELANS est une association de droit français créée en 2001. C’est elle qui a commis en 2007 une mission d’Aquassistance pour effectuer les travaux de caractérisation des déchets de la ville de Dschang.
Les deux techniciens Katie Warren et Eric Chapal avaient à cet effet, séjourné à Dschang, du 12 au 20 octobre 2007 dans le but de faire un premier état des lieux de la gestion des déchets de la ville. Ce sont les résultats de ces études qui ont été exploités pour la mise en place du projet pilote de compostage au quartier Ngui.
Avec l’Association Tockem basée à Bafou, ELANS reviendra en 2011 pour mettre en œuvre le projet de gestion des déchets de la ville de Dschang. Grace au financement du Conseil Départemental du Nord de la France, ces deux associations vont, entre autres activités, renforcer le parc automobile de la Commune de Dschang, sensibiliser la population et initier la précollecte payante pour permettre à tous les usagers d’avoir un service global de collecte équitable ; assainir les quartiers enclavés et non accessibles aux camions de collecte ; rapprocher les déchets des zones de collecte afin d’optimiser la collecte, et étendre la zone de collecte aux endroits inaccessibles par les véhicules de collecte.
Le travail fait a consisté en l’identification des zones pouvant bénéficier d’une précollecte ; l’évaluation de la quantité de déchets produits et la possibilité de trier des catégories de déchets ; l’observation des habitudes des populations pour circuler dans ces zones ; l’observation des contenants qui sont utilisés pour stocker les déchets ; l’analyse des circuits des véhicules de collecte et les croisements avec les données issues des visites de terrain. ELANS a aussi pu réaliser des circuits de collecte cohérents par rapport au lieu de traitement ; tester plusieurs solutions de précollecte et étudier les services de précollecte existants dans les zones environnantes.
ELANS avait envisagé deux cas de figure : la précollecte à travers des points d’apport volontaire avec la population qui achemine elle-même ses déchets vers un point de collecte et le système en porte à porte qui implique que des petites organisations (GIE, PME, associations, comités de quartier…) assurent la collecte en porte à porte au moyen de systèmes de transport simples, tels que des pousse-pousse, des charrettes à bras ou à traction animale.
C’est ce dernier système qui a finalement été adopté à Dschang où le bras Camerounais de ELANS, l’association Tockem fait partie des organisations avec lesquelles la Commune porte ce projet de précollecte participative des déchets. Le moyen choisi est celui des mototricycles. Sous l’impulsion de l’Agence Municipale de Gestion des Dechets(AMGED), plus de 2000 ménages sont abonnés actuellement à cette pratique innovante dans la ville de Dschang.
Les associations ELANS et Tockem ont également initié à Dschang une stratégie de communication et fourni les outils pour la sensibilisation des populations au sujet de la gestion des déchets. Elles avaient ainsi anticipé sur l’augmentation de la population pour promouvoir des mécanismes devant maintenir favorables les conditions de vie des populations et de leur environnement avec l’arrivée de nouveaux déchets et le développement économique du pays. Pendant la période allant de 2011 à 2015 consacrée à la mise en œuvre du projet de gestion des déchets de la ville de Dschang, les populations ont été informées sur leur rôle dans le plan de gestion des déchets. Les jeunes ont été sensibilisés dans établissements scolaires ; et les adultes à travers le porte-à-porte et le hors média.
CDB