Le Maire Jacquis Gabriel Kemleu Tchabgou a effectué une visite inopinée du chantier de Fotetsa le mercredi 10 mars 2020. Le Chef de l’Exécutif Municipal a exprimé son satisfecit quant au taux d’avancement des travaux qui en sont déjà à l’étape du coulage du radier après la déviation du cours d’eau, installation du batardeau, et levées des différents points singuliers du barrage.
Les travaux qui ont débuté avec l’ouverture au mois de Décembre 2020 des différentes voies d’accès au site de production, se poursuivent sans anicroche sur le terrain. À la date du 9 février 2021, le cours d’eau avait déjà été dévié et l’espace devant accueillir le barrage de retenue d’eau était en cours de libération. Compte-tenu du relief pas très avantageux pour les engins de génie civil, ce travail périlleux s’est fait par les mains. Pour Baudouin Venceslas Ymefouet Tanguia, ingénieur engagé par Solarhydrowatt pour le suivi des travaux, il n’y a pas de regrets à utiliser la main d’œuvre humaine pour ce travail. « … on était limité avec l’accès des engins ici. Comme par exemple, vous pouvez le constater, avec cette entrée envahie par les eucalyptus. Et tout juste ici en haut, nous avons la terre déposée à cet endroit, qui rend difficile l’accès. Sinon, en une journée, une tractopelle pouvait faire ce travail, très rapidement et proprement, et les hommes ne devaient être là que pour dresser les bords. Maintenant, en utilisant les hommes, on a l’avantage qu’on leur donne du travail, et on a l’assurance que cela sera fait avec une très bonne précision. Donc, il n’y a pas de regrets à avoir eu recours à la main d’œuvre humaine ; même si cela va un peu nous ralentir dans notre tâche ; mais on va avancer à pas sûrs… », a lancé l’ingénieur de Solarhydrowatt,.
𝐔𝐧𝐞 𝐦𝐚𝐢𝐧 𝐝’œ𝐮𝐯𝐫𝐞 𝐞𝐬𝐬𝐞𝐧𝐭𝐢𝐞𝐥𝐥𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐥𝐨𝐜𝐚𝐥𝐞 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐮𝐧 𝐩𝐫𝐨𝐣𝐞𝐭 𝐢𝐧𝐭é𝐠𝐫é
Le Maire Jacquis Kemleu Tchabgou de la Commune de Dschang n’a de cesse, rappelé aux entreprises qui gagnent les marchés à exécuter sur le territoire communal, de privilégier autant que faire se peut la main d’œuvre locale. Sur le terrain, l’Entreprise Solarhydrowatt respecte à la lettre cette recommandation. Ce sont principalement les jeunes des Nzideng et Fotetsa, deux villages qui partagent le cours d’eau sur lequel seront érigées les infrastructures de ce projet, qui sont employés. Rencontré non loin du site du chantier, Alexandre Souffo Kemzeulah, un habitant de Fotetsa a manifesté la fierté des populations qui saluent l’attention que Solarhydrowatt prête à la question de l’employabilité au village dans la mise en œuvre de ce projet. « Nous sommes très bien satisfaits que nos enfants soient employés dans ce chantier parce qu’il y a même beaucoup d’enfants ici qui ne font rien. S’ils peuvent profiter juste de ce projet pour avoir un peu de sous, je crois qu’il n’y aura plus de délinquance. En effet, la délinquance existe ici puisqu’il y a des gars qui ne font rien. … », a-t-il dit.
Jean Christian, menuisier ferrailleur fait partie des employés du chantier. Il reconnait que c’est plus qu’une richesse que d’avoir un tel projet dans son village, « une richesse qui nous a poursuivi. », a-t-il déclaré. Employé pour la propreté du chantier, cet habitant de Fotetsa n’a qu’un seul rêve : « je veux simplement que la société prenne bien soin de nous, qu’elle nous organise convenablement pour que nous fassions le barrage demandé. Je suis là pour la propreté du chantier. C’est la fête au village, puisque tout le monde apprécie. Ils (les habitants ndlr) viennent de temps en temps nous assister et apprécient la façon dont nous sommes en train de travailler ».
Au sujet des rendements individuels, pas la peine de paniquer puisque Solarhydrowatt emploie sur le site un autre natif de la zone : Bertrand Tonfack qui est le contremaître du chantier. Cet homme à la quarantaine bien sonnée sait que son rôle au chantier est « de veiller à ce que tout marche normalement et de contrôler le niveau, les étapes de chaque chose à faire. Je veille surtout à la procédure d’évolution. Je sers aussi un peu de relai entre les ingénieurs, les commissions de contrôle, et certains visiteurs potentiels. Solarhydrowatt ne peut pas regretter d’avoir pris la main d’œuvre locale, puisque dans le village, il y a nos jeunes, qui ne font pratiquement rien, et quand ils ont cette occasion, ils se sentent aussi occupés ; sinon ils seront en train de ne rien faire. C’est pourquoi on n’a opté juste pour la main d’œuvre locale. Bien sûr, le rendement journalier de tout un chacun est atteint. Nous y veillons. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous sommes permanemment là : pour veiller à ce que nous avons projeté pour une journée soit accompli ».
Roger Nanfack, maçon, un autre employé du chantier remercie quant à lui la Commune de Dschang, le Gouvernement et ses multiples partenaires car ce projet est appelé à les « soulager des coupures de courant qu’ils vivent dans cette partie du territoire communal de Dschang. « Nous remercions aussi l’entreprise, qui est venue dans le village pour construire, et qui n’est pas allée loin pour chercher, les manutentionnaires, ni les techniciens. Nous la remercions et l’encourageons pour avoir sollicité les techniciens sur place dans le village où est situé le barrage », a-t-il déclaré.
𝐆𝐫𝐚𝐜𝐞 à 𝐜𝐞 𝐩𝐫𝐨𝐣𝐞𝐭, 𝐮𝐧𝐞 𝐳𝐨𝐧𝐞 𝐚𝐠𝐫𝐢𝐜𝐨𝐥𝐞 𝐯𝐢𝐞𝐧𝐭 𝐝’ê𝐭𝐫𝐞 𝐝é𝐬𝐞𝐧𝐜𝐥𝐚𝐯é𝐞
Sur un autre plan, c’est la baraque de chantier qui a été tôlée depuis deux semaines, mais l’on peut aussi noter avec satisfaction l’ouverture sur plus de 850 m par la Commune de Dschang de la route qui desserre le point de captage et la zone d’implantation de la chambre de production de l’énergie. Fières de ces travaux, les populations du village Nzideng, via leur comité de développement ont cru devoir profiter à fond de cet investissement. Elles ont ouvert une autre voie qui part du site du projet pour l’intérieur du village. Une zone agricole vient à cet effet d’être désenclavée à la faveur de cet ambitieux projet.
𝐔𝐧 𝐩𝐫𝐨𝐣𝐞𝐭 𝐚𝐮𝐱 𝐢𝐦𝐩𝐚𝐜𝐭𝐬 𝐞𝐧𝐯𝐢𝐫𝐨𝐧𝐧𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭𝐚𝐮𝐱 é𝐭𝐮𝐝𝐢é𝐬 𝐞𝐭 𝐦𝐚𝐢𝐭𝐫𝐢𝐬é𝐬
Sur les plans environnemental et social, une expertise a été menée par Solarhydrowatt en compagnie du Délégué d’arrondissement de Dschang du MINADER (Ministère de l’agriculture et du développement rural) afin de recenser les cultures qui étaient sur l’emprise du projet ainsi que leurs différents propriétaires. SOLARHYDROWATT a procédé à l’indemnisation des différents producteurs/ cultivateurs et du propriétaire terrien de l’emprise occupée par le projet.
𝐒𝐨𝐥𝐚𝐫𝐡𝐲𝐝𝐫𝐨𝐰𝐚𝐭𝐭 𝐞𝐭 𝐥𝐞 𝐏𝐫𝐨𝐣𝐞𝐭
Parmi les 143 entreprises ayant répondu à l’appel à projet des Fonds de Contre-Valeurs suisses pour le développement d’un projet dans le domaine des énergies renouvelables ainsi que celui de la promotion du secteur privé, Solarhydrowatt est l’organisation sélectionnée pour la construction d’une microcentrale hybride hydroélectrique/solaire pour l’électrification du groupement Fotetsa dans la Commune de Dschang. 15 kilowatts pour la microcentrale solaire et 120 Kilowatts pour l’hydroélectricité. Un réseau de distribution en haute tension sera construit pour conduire l’énergie produite dans le Groupement et aussi en basse tension pour alimenter les ménages.
D’après le Professeur Joseph Kenfack, Directeur Général de Solarhydrowatt, la commande des équipements clés du projet étant de fabrication européenne notamment le groupe de génération, la conduite forcée et bien d’autres, le maximum de commandes a été passé en début de cette année 2021 afin qu’elles soient livrées à temps. L’installation de la conduite forcée est prévue à partir du mois d’avril et celui du groupe de génération à partir du mois d’Octobre 2021. La construction du réseau de distribution et les branchements intérieurs débuteront en Juillet 2021 et s’étendront sur 06 mois. Quant à la construction de la centrale solaire, elle est prévue pour Juin 2021. Les prochains mois s’annoncent donc décisifs pour ce projet très attendu par les populations de Nzideng et de Fotetsa.
La mise en service est prévue pour février 2022. Une période de fonctionnement avant la réception provisoire sera observée.
Carlos De Bordeaux